Picture of Sébastien Froissard

Sébastien Froissard

Apres 15 ans d'expérience chez un courtier crédit, j'ai lancé ce site pour informer les internautes sur le crédit, la finance et le marché immobilier.

Comprendre les différences entre le FICP et l’interdit bancaire : Deux statuts financiers distincts

Facebook
Email
Twitter
LinkedIn
Print

Lorsque l’on parle de difficultés financières et de problèmes de solvabilité, deux termes reviennent souvent : le FICP (Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers) et l’interdit bancaire. Bien qu’ils soient souvent confondus, il est important de comprendre que ce sont deux statuts financiers distincts. Quelle est  la différence entre le FICP et l’interdit bancaire ? Quelles sont leurs conséquences et les procédures qui y sont associées ? Continuez dans notre article pour en savoir plus.

Le Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers 

FICP-interdit-bancaire

Le FICP est un fichier géré par la Banque de France, qui recense les informations sur les incidents de remboursement des crédits contractés par les particuliers. Lorsqu’une personne se retrouve dans l’incapacité de rembourser ses dettes, notamment ses crédits à la consommation ou ses prêts immobiliers, l’établissement financier prêteur peut décider de la signaler au FICP. Cette inscription peut être réalisée après plusieurs échéances impayées et la mise en demeure de l’emprunteur.

Les conséquences d’une inscription au FICP sont importantes. Tout d’abord, l’accès au crédit devient très difficile voire impossible. Les établissements financiers consultent généralement ce fichier avant d’accorder un nouveau prêt, et une inscription au FICP peut être rédhibitoire. De plus, l’emprunteur fiché au FICP doit régler ses dettes envers le prêteur pour pouvoir être radié du fichier. Enfin, les informations du FICP sont conservées pendant 5 ans, rendant difficile la reconstruction d’une situation financière stable.

L’interdiction bancaire 

FICP-et-interdit-bancaire-interdit

L’interdiction bancaire est un autre statut financier qui diffère du FICP. Elle est déclenchée lorsque le titulaire d’un compte bancaire émet un chèque sans provision et que ce chèque est rejeté par la banque. Lorsque cela se produit, la banque peut décider d’interdire à son client d’émettre de nouveaux chèques pendant une période déterminée, généralement de 5 ans.

Les conséquences de l’interdiction bancaire sont principalement liées à l’utilisation des chèques. Le titulaire du compte interdit bancaire ne peut plus émettre de chèques et doit trouver des alternatives pour effectuer des paiements. De plus, si le compte est associé à une carte de paiement, celle-ci peut également être bloquée pendant la durée de l’interdiction bancaire. Il est important de noter que l’interdiction bancaire ne concerne pas l’accès au crédit, contrairement au FICP.

Les différences et similitudes entre le FICP et l’interdit bancaire

FICP-et-interdit-bancaire-difference

Bien que le FICP et l’interdit bancaire soient deux statuts financiers distincts, ils partagent quelques similitudes. Tout d’abord, ils sont tous deux liés à des difficultés financières et à des problèmes de solvabilité. Dans les deux cas, ils résultent d’incidents de paiement ou de remboursement. De plus, ces statuts peuvent avoir des conséquences préjudiciables sur la vie financière de l’individu concerné.

Cependant, il convient de souligner les différences significatives entre le FICP et l’interdit bancaire. La principale différence réside dans le fait que le FICP concerne spécifiquement les incidents de remboursement de crédits, tandis que l’interdit bancaire est lié à l’émission de chèques sans provision. Le FICP est géré par la Banque de France, tandis que l’interdiction bancaire est une décision prise par l’établissement bancaire lui-même.

Une autre distinction importante réside dans les conséquences de chaque statut. Comme mentionné précédemment, une inscription au FICP rend l’accès au crédit très difficile voire impossible pendant la durée de l’inscription, qui est généralement de 5 ans. L’emprunteur doit également régler ses dettes pour pouvoir être radié du fichier. En revanche, l’interdiction bancaire n’affecte pas l’accès au crédit, mais limite uniquement l’émission de chèques pendant la période déterminée.

En ce qui concerne la durée, le FICP conserve les informations pendant 5 ans, tandis que l’interdiction bancaire dure également généralement 5 ans. Cependant, il est important de noter que la levée de l’interdiction bancaire peut être obtenue plus rapidement si le titulaire du compte régularise sa situation et rembourse les sommes dues.

Articles complémentaires